Recrutement : et si l’on abandonnait le CV ?

Recrutement : et si l’on abandonnait le CV ?

LE CERCLE/CONSEIL – La personnalité du candidat devrait être l’argument numéro 1 qui convainque l’entreprise à le recruter. Un critère qui n’apparaît pas dans le CV.

Et si les recruteurs se passaient une bonne fois pour toutes du CV ? Cet outil, que certains pensent «indémodable», est en réalité obsolète. Les entreprises ne recrutent pas un «dossier», mais bien une personnalité avec un comportement et des sensibilités qui lui sont propres, des motivations, des attentes. Bref, des éléments qui n’apparaissent pas dans le curriculum vitae, trop codifié.

Bien sûr, le candidat se doit de posséder des compétences techniques en accord avec le poste à pourvoir. Ce critère permet d’effectuer une sélection parmi les candidatures, mais cela ne doit pas devenir un point de blocage absolu. En effet, le savoir-faire peut s’acquérir avec le temps. L’entreprise peut embaucher un candidat qui n’a pas le savoir-faire nécessaire et ensuite lui transmettre le former.

Miser sur le savoir-être

En revanche, le savoir-être ne s’apprend pas. L’entreprise ne peut aller à l’encontre de la personnalité de l’individu. Il est donc nécessaire de connaître au mieux le futur collaborateur avant de l’intégrer. Il ne faut pas le forcer à changer son savoir-être pour un poste donné. Ce ne serait pas viable sur du long terme puisque l’employé se retrouvera, forcément, en inconfort. Cela suppose de se poser plusieurs questions :

– Qui est la personne en face de vous ?
– L’environnement de travail correspond-il à ses attentes ?
– Comment interagit-elle avec les autres ?
– Qu’est-ce qui la met dans une zone d’inconfort ?
– Quels sont les éléments qui la poussent à venir travailler tous les jours ?
– Partage-t-elle les mêmes valeurs que l’entreprise ?

Il est important d’évoquer tout cela lors d’un entretien puisque cela va permettre de savoir comment va évoluer l’employé dans son environnement de travail dans les jours, semaines et mois à venir.

Echanger avec le candidat

Un recrutement, cela se travaille. Dès le début du processus, il faut donc communiquer, dialoguer. Il ne faut pas se précipiter dans la prise de décision et apprendre à bien cerner le futur candidat. Il n’est pas nécessaire de lire le CV ligne par ligne, de revenir sur ses expériences professionnelles ou encore les fameux «trois qualités et trois défauts».

Il est plus opportun de l’interroger sur ce qui l’anime, de discuter sur son vécu personnel, sur sa vision de son futur poste, de ses projets et des valeurs qui le caractérisent. L’entretien devient plus intéressant, plus honnête entre les deux parties et permet un échange plus humain. En se basant sur la personnalité, le recruteur et le futur collaborateur partent sur des bases solides, orientés sur l’humain.

En ayant connaissance du savoir-être du candidat, cela permet de mieux collaborer au quotidien, de pouvoir parer à toute situation de conflit ou de stress, mais surtout de travailler dans un environnement sain. Et ainsi éviter, tout simplement, l’erreur de casting.

Patrick Leconte est président et fondateur de TTI Success Insights France

Les Echos du 12/01/2018