Titres CACEIS rachetés à NATIXIS

Crédit Agricole seul maître à bord chez Caceis

La banque mutualiste a racheté les 15 % que Natixis détenait encore dans leur coentreprise de conservation de titres, Caceis. –

La banque mutualiste a racheté les 15 % que Natixis détenait encore dans leur coentreprise de conservation de titres, Caceis.

C’est une activité peu connue du grand public dans laquelle Crédit Agricole se renforce. Ce mardi, la banque mutualiste a annoncé l’acquisition de la participation de 15 % que Natixis détenait encore dans leur coentreprise Caseis, spécialisée dans  les services « post-marché » . Elle en devient ainsi l’unique actionnaire.

Comme ses concurrents BNP Paribas et Société Générale, Crédit Agricole a fait le choix de se renforcer dans ce métier de « securities services », c’est-à-dire l’ensemble des services que les banques doivent réaliser une fois les transactions conclues (les services de compensation, de conservation, de banque dépositaire, d’administration de fonds ou encore de gestion des liquidités).

Concentration accélérée

Peu consommateur en fonds propres, ces prestations laissent toutefois des marges faibles aux établissements qui ont logiquement accéléré la concentration de leurs activités ces dernières années. Avec environ 2.600 milliards d’euros d’encours en conservation, 1.700 milliards d’euros d’encours administrés et une présence dans neuf pays européens, Caceis a déjà pris part à ce mouvement. En 2009, elle avait notamment mis la main sur les activités dépositaire d’OPCVM de HSBC France.

Désormais les trois acteurs français (BNP Paribas avec BP2S, Société Générale avec SGSS et Crédit Agricole avec Caceis) se classent parmi les quinze plus grands acteurs mondiaux, ils restent toutefois loin derrière les grandes banques américaines.

En termes de résultats, Crédit Agricole attend un effet positif dans ses comptes dès 2018. En parallèle, la banque anticipe aussi « un impact négatif de l’ordre de 10 points de base sur le ratio CET1 non phasé de Crédit Agricole S.A. et de 5 points de base sur le ratio du groupe Crédit Agricole ». Pour Natixis, l’opération générera un impact positif sur ses fonds propres : la banque attend un gain d’environ 12 points de base et une plus-value avant impôt de 74 millions d’euros qui sera intégrée dans les comptes du quatrième trimestre 2017.

Actif non stratégique

Avec cette cession, la filiale de BPCE achève la cession de ses activités de « securities services » jugées non stratégique et entamée dès 2009. Lors de la création du groupe BPCE, Natixis avait en effet cédé la majeure partie de sa participation au capital de sa coentreprise issue du rapprochement des activités d’« asset servicing » des Caisses d’Epargne et du Crédit Agricole à la banque mutualiste. L’objectif ? Accélérer son recentrage stratégique sur ses métiers coeurs . Un mouvement déjà enclenché ces dernières semaines avec  le transfert de ses activités d’intermédiation et de recherche actions chez Oddo BHF .

Sharon Wajsbrot – Les Echos 26/12/2017